HEXAGONE

Connectez vous pour participer au développement de votre forum! merci!
HEXAGONE

Solidarité Amusement Décompression

Derniers sujets

» faumata jawara
Sam 28 Mai - 6:43 par raky

» ..............
Mer 11 Nov - 23:40 par raky

» les voyagistes arnaqueurs
Lun 5 Oct - 1:47 par raky

» Daba Seye version Woozworld
Lun 20 Juil - 20:21 par raky

» OMAR FAROUKH
Lun 20 Juil - 17:02 par raky

» HAJJ 2015
Dim 12 Juil - 11:48 par HAJJ 2015

» Moussa as
Mar 21 Avr - 22:55 par raky

» Les Arabes
Mer 8 Avr - 23:57 par raky

» Nancy Eva
Jeu 26 Mar - 11:27 par raky

» Adam
Jeu 26 Mar - 11:25 par raky

» Les 40 hadith Anawawi
Mer 25 Mar - 14:13 par raky

» la reine de saba etait noire et sephora la femme de moise
Dim 1 Fév - 3:32 par raky

» XARIT
Sam 31 Jan - 1:53 par raky

» Chef de quartier
Mar 27 Jan - 17:00 par raky

» Mouhammad saw
Mar 20 Jan - 23:12 par raky

» sokhna nafi
Mar 13 Jan - 1:23 par raky

» RANG BI DOXOUL
Lun 15 Déc - 22:38 par raky

» BIOGRAPHIE
Lun 3 Nov - 0:07 par raky

» wahtaan ak linguere
Ven 3 Oct - 22:59 par raky

» Mon Mari..............
Jeu 18 Sep - 22:35 par raky

Partenaires

Tchat Blablaland

Ayoub

Partagez
avatar
raky

Féminin
Nombre de messages : 2138
Age : 32
Localisation : Perpète-les-Andouillettes
Emploi : Etudiante
Loisirs : sport musique balade
Points : 2346
Date d'inscription : 19/12/2006

Ayoub

Message par raky le Jeu 16 Sep - 1:21



Dernière édition par raky le Lun 11 Oct - 16:25, édité 1 fois


_________________


La vie est belle !!!!!!!!!!!
avatar
mami

Nombre de messages : 798
Points : 1000
Date d'inscription : 03/01/2007

OMAR BUN AFFAN

Message par mami le Dim 7 Nov - 22:32


Moubio

Masculin
Nombre de messages : 535
Points : 720
Date d'inscription : 03/02/2007

Re: Ayoub

Message par Moubio le Sam 29 Jan - 1:04

Le prophète Ayoub : Job (‘alayhi Salam)



le Prophète Ayoub (Job) est l’arrière petit-fils du prophète Isaac (‘alayhi Salam), Ibrahim (‘alayhi Salam) est son arrière grand-père, Allah Taala dit: « et parmi la descendance (d’Abraham) (ou de Noé), David, Salomon, Job, Joseph, Moïse et Aaron. », (Sourate 6:84) il est l’un des prophètes des enfants d’Israël, car Ibrahim a engendré Ismaël et Isaac, tous les prophètes des enfants d’Israël, sont de la descendance d’Isaac, sauf notre Prophète Mohammed, qui, lui est de la descendance d’Ismaël, les enfants d’Israël vivaient tellement dans la corruption qu’à chaque fois que disparaissait un prophète, il en apparaissait un autre.



L’histoire de chaque prophète apporte aux gens une moralité spécifique, celle de Younouss (Jonas) est qu’il ne faut jamais désespérer de notre appel à Allah ! Celle de Solaïman (Salomon) est qu’Allah est capable de soumettre l’univers aux fils d’Adam et que ces derniers peuvent l’utiliser dans l’obéissance d’Allah, celle de Dawud (David) est que la terre glorifiait Allah avec lui, et celle de Ayoub est la foi des endurants.

Le peuple d’Ayoub (‘alayhi Salam)




Ayoub est un prophète envoyé à un peuple de Mésopotamie dont la majorité était des croyants, et ils l’aimaient. Allah l’a comblé de faveurs considérables qui n’ont été données à personne auparavant, il resta ainsi pendant cinquante années. L’une des épreuves les plus dures à supporter est l’avilissement d’une personne puissante.



Ayoub disposait de plusieurs faveurs: de l’argent, des terres incomptables d’orge et de blé, des centaines d’esclaves, une belle femme pieuse, une force physique, quatorze enfants, une foi et un entourage pieux, des amis innombrables, du bétail, des chevaux et des bêtes, et ce durant cinquante années.

Ayoub (‘alayhi Salam) éprouvé




Allah Taala voulut l’éprouver, Il lui ôta son argent, et ses terres devinrent improductives, ses quatorze fils et filles moururent, il perdit tous son bétail et son argent, il se mit à vendre ses esclaves pour se nourrir de leur prix, puis Allah l’éprouva par une maladie physique qui le rendit infirme, il devint incapable de bouger, ses amis crurent que sa maladie était contagieuse et le quittèrent, seuls lui restèrent fidèles sa femme et deux de ses amis.



Allah Taala dit : « Quant à l’homme, lorsque son Seigneur l’éprouve en l’honorant et en le comblant de bienfaits, il dit: «Mon Seigneur m’a honoré». Mais par contre, quand Il l’éprouve en lui restreignant sa subsistance, il dit: «Mon Seigneur m’a avili». Mais non! C’est vous plutôt, qui n’êtes pas généreux envers les orphelins; qui ne vous incitez pas mutuellement à nourrir le pauvre, qui dévorez l’héritage avec une avidité vorace, et aimez les richesses d’un amour sans bornes. Prenez garde! Quand la terre sera complètement pulvérisée, et que ton Seigneur viendra ainsi que les Anges, rang par rang, et que ce jour-là, on amènera l’Enfer ; ce jour-là, l’homme se rappellera. Mais à quoi lui servira de se souvenir? » (Sourate 89 : 15-23).

La femme d’Ayoub lui demande d’invoquer Allah




La femme d’Ayoub commença à le nourrir et à le prendre en charge. Lorsque ses ressources s’épuisèrent, elle se mit à vendre ses services aux gens, et l’épreuve continua dix-huit ans durant.



Dix-huit ans plus tard, la femme du prophète Ayoub commença à s’épuiser, elle lui demanda : « n’es-tu pas un prophète envoyé d’Allah ? » il répondit par l’affirmative, elle lui dit : « et pourquoi donc n’invoques-tu pas Allah?», il lui dit : « combien avons-nous passé d’années à l’épreuve?», elle répondit : « dix-huit ans », il dit : « et durant combien d’années Allah nous a t-il donné ses faveurs ? », elle répondit : « cinquante ans », il dit : « Allah nous a couvert de ses faveurs durant cinquante ans, ne devrions-nous pas patienter et endurer tout autant ? Par Allah je ne L’invoquerai qu’après que soit passé autant de temps en épreuve qu’il s’en est écoulé en bonheur ! ». Et il n’invoquait que par ces mots : « Louange à Allah ».



La femme du prophète Ayoub se mit en colère et dit : « je jure que tu dois invoquer Allah, jusqu’à quand devrions-nous supporter cette épreuve», il lui répondit : « Malheur à toi, mettrais-tu en colère Allah, Puissance et Majesté à Lui ?! ».



Puis les gens se mirent à refuser d’employer sa femme de peur qu’elle ne soit contagieuse.



Nous tenons tout ceci des hadiths du Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) : « Certes le prophète d’Allah Ayoub est demeuré éprouvé durant dix-huit ans, il fut repoussé de son entourage proche et moins proche, sauf deux hommes de ses frères, l’un d’eux dit un jour à l’autre : « par Allah, je vois que Ayoub a commis un péché à l’encontre d’Allah Puissance et Majesté à Lui qui ne le lui a jamais pardonné», l’autre lui dit : « pourquoi donc ? », il lui répondit : « ne vois-tu pas comme il est éprouvé, et qu’Allah ne lui a pas fait miséricorde ? », ils allèrent vers Ayoub, entrèrent chez lui et le second dit : « sais-tu ce que celui-ci a dit ? Il a dit que tu as commis un grand péché à l’encontre d’Allah, Puissance et Majesté à Lui qu’Il ne t’a jamais pardonné.» Ayoub leur répondit : « je ne sais rien à propos de ce que vous dites, je sais toutefois que je passais près de deux hommes qui se querellaient et je retournais chez moi et priais Allah pour qu’ils se réconcilient et je faisais l’aumône à leur intention afin qu’Allah ne soit point désobéi sur terre », et il sombra dans la tristesse ».

Ayoub (‘alayhi Salam) invoque Allah




Il se passa qu’une fois sa femme lui avait apporté une nourriture consistante, et il demanda : « d’où provient cette nourriture ? » mais elle garda le silence, il insista en vain, il insista encore, alors il apprit qu’elle s’était coupé les cheveux et les avait vendus pour acheter de quoi nourrir Ayoub.



Quand il apprit cela, il s’émeut et se sentit obligé d’invoquer Allah Taala : « Et Job, quand il implora son Seigneur : «Le mal m’a touché. Mais Toi, tu es le plus miséricordieux des miséricordieux. Nous l’exauçâmes, enlevâmes le mal qu’il avait.» (Sourate 21 : 83-84)

La guérison d’Ayoub (‘alayhi Salam)




Allah Taala dit : « Frappe [la terre] de ton pied: voici une eau fraîche pour te laver et voici de quoi boire. » (Sourate 38:42). Allah fit exploser une source sous les pieds du prophète Ayoub. « Une eau fraîche » allait le purifier de toutes les maladies de l’extérieur, et « de quoi boire » allait le guérir de tous les maux de l’intérieur.



Le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) dit : « Lorsque Ayoub allait faire ses besoins, il avait l’habitude d’être soutenu par sa femme […], et il se cachait pudiquement d’elle, puis elle le prenait par la main et le raccompagnait. Un jour, il mit beaucoup de temps. Puis il revint vers sa femme mieux que ce qu’il n’était auparavant, elle lui dit : « qu’Allah te bénisse! N’as-tu pas vu le prophète éprouvé ? Par Allah je n’ai jamais vu quelqu’un lui ressembler, avant son épreuve, plus que toi ! » Il lui dit : « Ne me reconnais-tu pas ? » Elle répondit : « Non », il lui dit : « Eh bien c’est moi, je suis Ayoub. »



Allah dit Taala dit : « Et que c’est Lui qui a fait rire et qui a fait pleurer, et que c’est Lui qui a fait mourir et qui a ramené à la vie ». (Sourate 53: 43-44).

Ayoub (‘alayhi Salam) redevient riche





Les faveurs dont il jouissait auparavant lui furent rendues, le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) dit : « Allah envoya deux nuages sur ses terres, un nuage passa sur la terre où poussait le blé, il en plut de l’or jusqu’à ce que le pré en sois rempli, l’autre nuage passa sur le pré d’orge et il en plut une averse et Allah le rendit riche. »



Allah Taala dit: «Et Nous lui rendîmes sa famille et la fîmes deux fois plus nombreuse » (Sourate 38:43), sa femme redevint jeune et donna naissance à vingt-six garçons et filles, comme si Allah lui disait qu’il n’avait pas été éprouvé et que tout lui fut rendu et plus. Et le plus étrange dans tout cela, c’est que le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) dit : « alors que Ayoub se lavait nu, Allah envoya un troupeau de criquets qui lui tomba dessus, c’était des criquets en or, il se mit à en enfouir dans ses habits, Allah Taala lui dit: « Ô Ayoub, ne t’ai-je pas donné de quoi te passer de ce qui est sous tes yeux ? » il répondit : « si Mon Seigneur, mais je ne peux me passer de Ta Bénédiction. »



Allah Taala dit : «Oui, Nous l’avons trouvé vraiment endurant. Quel bon serviteur! Sans cesse il se repentait. » (Sourate 38:44).

source imaniatte

Moubio

Masculin
Nombre de messages : 535
Points : 720
Date d'inscription : 03/02/2007

Re: Ayoub

Message par Moubio le Sam 29 Jan - 1:14

Le Prophète Mohammad annoncé dans la Bible



Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Que la prière et bénédiction soient sur son messager, Mohammad, le dernier des prophètes. Amen

Quelques chrétiens s'empresse de dire: J'ai lu la Bible plusieurs fois, je n'ai jamais vu le nom de Mohammad. Les chrétiens sont d’accord pour dire que chaque livre de la Bible annonce la venue de Jésus Christ (paix sur lui). Sans le contester, car le Christ est annoncé dans l’Ancien Testament, il convient aussi de préciser qu’en aucun cas, aucun, Jésus (paix sur lui), n’est nommément cité dans les prophéties bibliques. C’est là le propre de bien des prophéties: on comprend leur accomplissement après leur réalisation, les prophéties deviennent alors claires. Il ne serait donc que juste que l’on puisse appliquer le même processus d’appréciation pour authentifier certaines prophéties bibliques concernant la venue de Mohammad (prière et bénédiction sur lui).

Si la Bible avait prédit autant de prophéties, comme l’invasion de Nabuchodonosor, de Cyrus et d’Alexandre, les péripéties qu’auraient traversées l’Egypte, Edom et Ninive. Il serait impossible qu’ils n’aient pas annoncé la venue de Mohammad, dont la religion s’étendit de l’Orient à l’Occident et ne cessera de s’étendre avec l’aide de Dieu ; une religion qui a produit en tout genre, des milliers de savants remarquables, des saints, des héros et de grands souverains, est certainement un événement aussi remarquable que la chute de Ninive ou de Babylone. Il est certain que la Bible devait contenir quelques références au sujet d'un homme comme Mohammed qui a été à l'origine d'une communauté mondiale composée de plus d'un milliard de croyants. Il serait peu raisonnable de dire que les prophète aient pu annoncer des faits d’importance secondaire, et de négliger un événement aussi capital que l’institution de l’Islam.

En ouvrant la Bible, nous rencontrons la plus importante prophétie du Pentateuque, concernant ce personnage, dans le Deutéronome 18: 18 à 22

« Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi, je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai. Et si quelqu'un n'écoute pas mes paroles qu'il dira en mon nom, c'est moi qui lui en demanderai compte. Mais le prophète qui aura l'audace de dire en mon nom une parole que je ne lui aurai point commandé de dire, ou qui parlera au nom d'autres dieux, ce prophète-là sera puni de mort. Peut-être diras-tu dans ton coeur: Comment connaîtrons-nous la parole que l'Éternel n'aura point dite? Quand ce que dira le prophète n'aura pas lieu et n'arrivera pas, ce sera une parole que l'Éternel n'aura point dite. C'est par audace que le prophète l'aura dite: n'aie pas peur de lui. » Deutéronome 18: 18 à 22

Cette prophétie ne se réfère pas à Josué, comme le disent les savants juifs, ni à Jésus Christ, ainsi que l'ont prétendu les chrétiens. Elle annonce la venue de Mohammad (Pbsl). Les raisons de cette conviction pourront être expliqué à l’appuie des faits et par autres versets bibliques, nous allons examiné ensemble ( si Dieu le veut) point par point chaque verset afin d’identifier de quel prophète il s’agit.

« Je leur susciterai du milieu de leurs frères »

La prophétie est au futur : « Je susciterai ». Or Josué était présent quand Moïse communiqua ces paroles au peuple, ainsi ce n'est pas de lui que Dieu a voulu parler.

Le texte du Deutéronome dit « du milieu de leurs frères ». Si l'Ecriture avait voulu dire que le Prophète serait de la race d'Israël, elle aurait dit « l'un d'eux » ; le mot frère indique une affinité de race, une communauté d'origine. La Genèse dit, en parlant d'Ismaël (16: 12) :
« il habitera en face de tous ses frères », et dans un autre endroit 25: 18, « Il s'établit en présence de tous ses frères », c'est-à-dire devant les descendants d'Esaü, d'Isaac et des autres enfants d'Abraham. On lit dans les Nombres (20: 14) : « De Kadès, Moïse envoya des messagers au roi d'Édom, pour lui dire: Ainsi parle ton frère Israël: » et dans le Deutéronome 2: 4-8 : « Donne cet ordre au peuple: Vous allez passer à la frontière de vos frères, les enfants d'Ésaü, qui habitent en Séir. Ils vous craindront; mais soyez bien sur vos gardes ». Deutéronome 2: 4 « Nous passâmes à distance de nos frères, les enfants d'Ésaü, qui habitent en Séir, et à distance du chemin de la plaine, d'Élath et d'Etsjon Guéber, puis nous nous tournâmes, et nous prîmes la direction du désert de Moab. » Deutéronome 2: 8 Le mot frères est pris ici, comme dans beaucoup d'autres endroits, au sens propre pour indiquer les descendants d'une même souche. Or Josué et Jésus étant Israélites, la prophétie ne saurait leur être appliquée. De plus, dans Isaïe 42:1-13 on parle du serviteur de Dieu, Son "élu" qui apporte la loi aux nations. "Il ne vacille ni n'est découragé, jusqu'à ce que le droit (la loi) soit établi sur terre, car les îles attendent ses instructions." (Isaïe, 42-4). Le verset 11 associe celui qui est attendu aux descendants de Kédar. Qui est Kédar? Selon Genèse 25:13, Qédar était le second fils d'Ismaël, l'ancêtre du prophète Mohammed.

« un prophète comme toi »

Le Deutéronome dit « un prophète comme toi », ce prophète devait êtres comme Moïse, or ni Jésus, ni Josué n'étaient pareils à Moïse. Josué n'est rien de tout cela.

On lit, dans les Actes 3:22 « Moïse a dit: Le Seigneur votre Dieu vous suscitera d'entre vos frères un prophète comme moi; vous l'écouterez dans tout ce qu'il vous dira, » .Actes 3:22 Cette prophétie a été reprise postérieurement à Jésus (paix sur lui) par, entre autres, Luc citant Pierre dans Actes 3:22, puis encore par Luc citant Etienne peu avant sa mort Actes 7:37. Cela seul suffit pour prouver à tout esprit impartial que cette prophétie ne s’appliquait pas à Jésus (paix sur lui), car sinon, ni Pierre, ni Etienne, ne rappelleraient alors une prophétie déjà réalisée, comme devant s’accomplir bientôt. Et étudions la prophétie: Moïse dit dans la prophétie :
« un prophète comme moi » cela prouve à l'évidence que le prophète dont il s'agit d’un prophète qui doit êtres comme Moïse. Les circonstances que je viens de mentionner conviennent toutes à notre Prophète Mohammad (Pbsl).
Remarquez que nous allons omettre dans la liste des similitudes entre Moïse et Mohammad des similarités d'ordre des généralités, tel que tout deux sont né d'une naissance naturelle, ont une mère et un père (ce qui est normale lors qu’on est née d’une naissance naturelle...), se sont marié, ont eu des enfants, etc sont des similarités d'ordre des généralités, et ne constitue en aucun cas des similitudes d'ordres spécifiques, d'ailleurs si l'ont en suit des similitudes d'ordre des généralités, quasi toute personne ayant eu une existence un jour sur terre, pourrait réclamer être le prophète annoncé par Moïse et ne constitue en aucun cas des similitudes d'ordres spécifiques. C’est la raison pour laquelle, nous vous présentons les points de similitudes entre Moïse et Mohammed qui sont seulement d'ordres spécifiques:

1. Moïse et Mohammed sont serviteur et prophète de Dieu, tandis que Jésus est Dieu selon les chrétiens.

2. Le Jihad (combat contre les ennemis) est prescrite à Mohammad comme à Moïse.

3. Prescription de la propreté corporelle avant d'accomplir les pratiques religieuses.

4. L'obligation de se laver pour ceux qui ont eu une pollution, pour les femmes qui ont leurs règles et pour les femmes en couches.

5. La prescription relative à la propreté des vêtements qui ne doivent pas être salis d'urine.

6. L’interdiction des animaux tués sans la formule légale et des sacrifices faits aux idoles.

7. La punition de l'adultère.

8. La loi du talion

9. La défense de manger de la viande de porc.

10. La détermination des peines et des supplices.

11. Le pouvoir comme Moïse de mettre ses lois en vigueur.

12. L’interdiction de l'usure.

13. L’interdiction de faire des représentations de Dieu par des images ou des statuts

14. La désapprobation de ceux qui prêchent un autre culte que celui de Dieu.

15. Moïse et Mohammed étaient venu libérer les esclaves durant leur mission.

16. Moïse et Mohammed demandent de suivre la Loi pour être sauvé.

17. Moïse et Mohammad enseigne que est Dieu invisible et que personne ne peut voir le voir sur cette terre.

18. La religion de Moïse et Mohammed contient aussi une législation politique. Les deux étaient aussi bien prophètes que homme d'État. Un homme d'État est toute personne guida pouvoir de vie et de mort sur son peuple. Jésus était seulement prophète. Certains de ces hommes de Dieu, tels les prophètes Lot, Jonas, Daniel, Esdras et Jean le Baptiste étaient impuissants devant le rejet pur et simple de leur message. Ils ne pouvaient que le délivrer sans pouvoir imposer la loi. Le Saint Prophète Jésus appartenait malheureusement, à cette catégorie de prophètes. Les évangiles chrétiens le confirment clairement.

19. Moïse et Mohammed apportèrent de nouvelles lois et une nouvelle réglementation à leur peuple et Jésus non. Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. Matthieu 5:17-18. En d'autres termes, il n'était venu avec aucune loi ou réglementation; il était simplement venu pour accomplir l'ancienne loi.

20. La religion de Moïse et de Mohammad contient des préceptes hygiéniques, des prescriptions relatives aux ablutions, aux aliments défendus, à la proportion des peines, qui manquent absolument dans le culte institué par Jésus.

21. Moïse et Mohammad étaient les premiers dans leur peuple, jouissant d'une influence et d'une grande autorité, tandis que Jésus était rejeté par son peuple. La Bible dit : "Elle (la lumière, c'est-à-dire Jésus) est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue." (Jean 1:11). Et même aujourd'hui, après deux mille ans, son peuple - les Juifs dans leur ensemble - le rejette toujours. Donc, Jésus n'est pas comme Moïse, tandis que Mohammed est comme Moise.


« je mettrai mes paroles dans sa bouche et il leur dira tout ce que je lui commanderai. » Deutéronome 18: Verset 18

Lors des 23 années de sa vie prophétique, des paroles étaient mises dans sa bouche, ce qui indique la révélation d'un livre, d'une parole divine, que le prophète apprendra par cœur, ne sachant pas lire. Dieu mit sa parole dans sa bouche, et il parlait d'après les révélations qui lui étaient faites, ainsi que Dieu lui-même l'a dit : « et il ne prononce rien sous l'effet de la passion; ce n'est rien d'autre qu'une révélation inspirée. » Sourate 53: 3-4. Dieu a envoyé l'Ange Gabriel à Mohammed (Pbsl) pour lui enseigner Ses paroles exactes (le Coran), et Gabriel a demandé à Mohammed (Pbsl) de les prononcer telles qu'il les entendait à son peuple et aux autres nations. Les paroles n'étaient donc pas les siennes. Elles n'étaient pas l'expression de ses propres pensées, mais furent mises dans sa bouche par l'Ange Gabriel. Du vivant de Mohammed (Pbsl) et sous sa supervision, ces paroles furent mémorisées et mises par écrit par ses compagnons. Le Prophète Mohammed (prière et bénédiction sur lui) a transmit la parole de Dieu telle qu’il lui a été commandé. À ce jour, il y a dans le monde environ un million de musulmans qui connaissent par cœur le Coran. Cette double méthode de conservation et de contrôle (une méthode corrigeant l’autre), nous garantit la parfaite authenticité du texte coranique, de sa révélation à ce jour. Mohammad (prière et bénédiction sur lui) ne fut ainsi qu’un messager, transmettant non ce qui vient de lui, mais ce qui vient de Dieu. On n’y trouve dans le Coran aucun des repères humains habituels. Le nom des proches de Mohammad (prière et bénédiction sur lui) n’y sont pas cités, ce n’est ni un livre d’histoire, ni une biographie de Mohammad (Pbsl). Ce Coran traite de chaque aspect de notre humanité, guide l’homme vers la droiture. Un autre signe (en plus de la prophétie dans le Deutéronome) est qu'Isaïe associe le messager relié à Kédar avec un cantique nouveau (une écriture dans un langage nouveau) qui sera chanté à Dieu (Isaïe, 42:10-11). Cela est mentionné de façon plus claire dans la prophétie d'Isaïe: "... et en langue étrangère qu'il va parler à ce peuple" (Isaïe, 28:11). Le Coran fut révélé en plusieurs sections sur une période de vingt-trois ans. Il est intéressant de comparer cela avec Isaïe 28 qui parle de la même chose: "... quand il dit: "ordre sur ordre, ordre sur ordre, règle sur règle, règle sur règle, un peu par-ci, un peu par-là." (Isaïe, 28:10). Les paroles de la révélation étaient réellement mises dans sa bouche, exactement comme prédit dans la prophétie.

« Et si quelqu'un n'écoute pas mes paroles qu'il dira en mon nom, c'est moi qui lui en demanderai compte. » Deutéronome 18.19

Dieu qu’Il soit Exalté a ainsi poursuivi sa prophétie par un important avertissement. Ici c'est une allusion à la grandeur de ce prophète. Mais il est difficile d'appliquer cette caractéristique à Jésus car d'une part, il ne serait qu'un simple porte-parole de Dieu et d'autre part ce ne serai pas lui qui jugerait ceux qui ne l'écouteront pas mais ce sera Dieu ; ce qui est incompatible avec les dogmes chrétiens. Dieu avait promis à Abraham de bénir Ismaël et sa postérité (voir Genèse, 17 : 20). Si la venue du Prophète Mohammad n'était pas la réalisation de cette promesse et de cette bénédiction quand alors se réaliseront-elles ?

Mais le prophète qui aura l'audace de dire en mon nom une parole que je ne lui aurai point commandé de dire, ou qui parlera au nom d'autres dieux, ce prophète-là sera puni de mort. Deutéronome 18.20

Il est dit expressément dans ce passage du Deutéronome que le prophète qui parlera faussement au nom de Dieu périra. Si Mohammad n'avait pas été un véritable prophète, il aurait donc été tué par la colère divine. Dieu dit dans le Coran : « Et s'il avait forgé quelques paroles qu'ils Nous avait attribuées, Nous l'aurions saisi de la main droite, ensuite, Nous lui aurions tranché l'aorte. » Sourate 69: Verset 44-46. Selon la chrétienté, Jésus a été crucifié, donc mis à mort. Pour un Chrétien, ce serait une contradiction de croire que Jésus est annoncé au verset 18, si c'est le cas, alors c'est un faux prophète, puisqu'il a été tué. Ou alors une contradiction de croire que Jésus a été mis à mort sur la croix, comme l'ont prétendu les Juifs, que Dieu nous préserve de ces blasphèmes. Cette prophétie ne concerne pas Jésus parce que Jésus est un vrai messager de Dieu. Dire que cela s'applique au Christ est vraiment très grave pour la foi des Chrétiens. Ce verset prouve à l'évidence que le prophète dont il s'agit n'est pas Jésus Christ, ce verset suffit bien à détruire toutes les affirmations des théologiens chrétiens aux yeux de tout hommes de bonne foi.

Peut-être diras-tu dans ton coeur: Comment connaîtrons-nous la parole que l'Éternel n'aura point dite? Quand ce que dira le prophète n'aura pas lieu et n'arrivera pas, ce sera une parole que l'Éternel n'aura point dite. C'est par audace que le prophète l'aura dite: n'aie pas peur de lui. Deutéronome 18.21-22

Par ces versets, Dieu dit que l'on reconnaîtra le faux prophète à la fausseté de ses prédictions. Mais toutes les prophéties de Muhammad, et elles sont nombreuses, se sont réalisés mot pour mot. Il a fait des prédications dont nul prophète n’a parlé.

BIBLIOGRAPHIE

Les citations coraniques ont été tirées de « Le Saint Coran - La traduction française du sens de ses versets par Mohammed Hamidoullah ».

Les citations bibliques ont été tirées de « La Bible - La traduction de Louis SEGOND 1910 ».

Source: Manifestation de la Vérité P. 342 à 346 Par Rahmatoullah Al Hindi - Edition IQRA, Paris 1996

Moubio

Masculin
Nombre de messages : 535
Points : 720
Date d'inscription : 03/02/2007

Re: Ayoub

Message par Moubio le Sam 29 Jan - 1:19

SOULAYMAN (a)



Le Prophète Soulayman (a) était le plus jeune fils du Prophète Dawoud (a) qu’il succéda au pouvoir. Allah lui accorda le plus grand royaume jamais dirigé par un roi. Il avait le contrôle du vent et pouvait l’utiliser pour conduire son trône dans les airs. Les hommes comme les Djins lui étaient dévoués et il pouvait aussi donner des ordres aux oiseaux en leur parlant dans leur langue. En raison de ces bénédictions, le royaume du Prophète Soulayman (a) était puissant et bien des pays étaient sous son contrôle. Lorsque l’armée du Prophète Soulayman (a) se mettait en marche, elle inspirait la terreur. Le Saint Coran décrit ainsi une de ces marches :



Et furent rassemblées pour Salomon, ses armées de djinns, d'hommes et d'oiseaux, et furent placées en rangs. Quand ils arrivèrent à la Vallée des Fourmis, une fourmi dit: ‹Ô fourmis, entrez dans vos demeures, de peur que Soulayman et son armée ne vous écrasent [sous leurs pieds] sans s'en rendre compte›.
Sourate Naml, 27 : 17,18




Le Prophète Soulayman (a) entendit la mise en garde du chef des fourmis et lui demanda de s’approcher. Il lui dit:



"Pensais-tu qu’un Prophète d’Allah pourrait faire du mal à une de Ses créatures?"



La fourmi répondit:



"Non, rien de tel, mais je craignais que mes camarades fourmis ne sous-estiment les bontés dont Allah a fait preuve envers elles et ne deviennent ingrates en voyant la grandeur de votre armée. C’est pour cela que je leur ai demandé de se cacher."



Un jour, Prophète Soulaymane (a) remarqua l’absence de son oiseau-messager, Houd Houd ( une huppe). Le Saint Coran dit:



Puis il passa en revue les oiseaux et dit: ‹Pourquoi ne vois-je pas la huppe? est-elle parmi les absents? Je la châtierai sévèrement! ou je l'égorgerai! à moins qu’elle ait une bonne raison (pour son absence).
Sourate Naml, 27 : 20,21






Houd Houd ne tarda pas réapparaître, et il dit :



"Je reviens d’un pays dont tu ne connais peut-être rien. Je reviens de Sabaa (Sheba) et ce pays est régné par une femme qui a le contrôle absolu de tout son peuple. Elle a un trône magnifique. Mais, ils adorent tous le soleil et ont abandonné le culte d’Allah."



Prophète Soulaymane (a) envoya une lettre à Bilkisse, la Reine de Sabaa, lui disant: "Au nom d’Allah, le Clément, le tout Miséricordieux. Ne vous révoltez pas contre moi et venez à moi vous soumettre à Allah."



Lorsque Bilkisse reçut la lettre, elle demanda l’avis de ses ministres sur la question. Ils répondirent qu’ils avaient de puissantes armées et qu’ils ne craignaient pas la guerre, mais la décision finale était entre ses mains.



Bilkisse voulait résoudre les choses à l’amiable et elle envoya ses messagers chargés de présents coûteux au Prophète Soulaymane (a) et attendit sa réaction. Lorsque les représentants de Sabaa arrivèrent au royaume de Soulaymane, ils furent stupéfaits devant la splendeur des bâtiments et du palais.



Le Prophète Soulaymane (a) souhaita la bienvenue aux représentants et leur demanda la réponse à sa lettre. Lorsqu’ils lui présentèrent les cadeaux, il les mit aussitôt de côté et leur dit :



"Que signifient toutes ces richesses? Allah m’a tant gratifié de générosités que nul ne possède autant que moi. Retournez chez vous et dites à votre Reine que j’envoie une telle armée à Sabaa que personne ne pourra la combattre."



Lorsque Bilkisse reçut ce message et entendit le témoignage de ses représentants à propos du Prophète Soulayman (a), elle décida de se soumettre à lui et accepta son invitation à rejoindre l’Islam. Lorsque le Prophète Soulayman (a) apprit qu’elle venait à son royaume, il s’adressa à son peuple:



"Qui d’entre-vous pourra m’amener le trône de la Reine de Sabaa avant qu’elle n’arrive elle-même ici ?"



Un Djinn dit :

"Je vous l’apporterai avant que vous ne vous leviez de votre place."



Mais Assif Barkiak, à qui le Prophète Soulaymane (a) avait inculqué le nom spécial d’Allah, dit (selon le Saint Coran) :



Quelqu'un qui avait une connaissance du Livre dit: ‹Je vous l'apporterai avant que vous n’ayez cligné de l'oeil›. ‹Cela est de la grâce de mon Seigneur, pour m'éprouver si je suis reconnaissant ou si je suis ingrat.

Sourate Naml, 27 : 40 (extrait)



Pour préparer l’arrivée de Bilkisse, Prophète Soulaymane (s) ordonna qu’on construise un palais de glace. Sous les étages en verre, il y avait un bassin d’eau avec différentes variétés de poissons qui y nageaient. Lorsque Bilkisse arriva, il l’emmena au palais. Le Saint Coran dit :



On lui dit: "Entre dans le palais". Puis, quand elle le vit, elle le prit pour de l'eau profonde et elle se découvrit les jambes. Alors, [Salomon] lui dit: "Ceci est un palais pavé de cristal". - Elle dit: "Seigneur, je me suis fait du tort à moi- même: Je me soumets avec Salomon à Allah, Seigneur de l'univers".
Sourate Naml, 27 : 44




Bilkisse perdit la tête par l’apparence de l’eau et remonta sa robe jusqu’aux genoux pour ne pas la mouiller. Lorsqu’elle réalisa son erreur, elle comprît aussitôt la subtilité du Prophète Soulaymane (a). Il lui montrait que les choses n’étaient pas fidèles aux apparences, et même si le soleil qu’elle adorait lui semblait être la force la plus puissante, il existait une autre Force encore plus puissante que lui.



La femme intelligente comprit le message et se retourna vers Allah repentante et croyante.



Le Prophète Soulaymane (a) la laissa repartir à Sabaa et lui permit de gouverner en son nom. Prophète Soulaymane (a) régna sur son peuple en faisant preuve de justice pendant une longue période. Son pouvoir s’étendait dans la plupart des pays connus. Cette unique bénédiction était dûe à sa prière rapportée dans le Saint Coran :



Il dit: "Seigneur, pardonne-moi et fais-moi don d'un royaume tel que nul après moi n'aura de pareil. C'est Toi le grand Dispensateur"
Sourate Saad, 38 : 35

Moubio

Masculin
Nombre de messages : 535
Points : 720
Date d'inscription : 03/02/2007

Re: Ayoub

Message par Moubio le Sam 29 Jan - 1:22

L’histoire du prophète dawoud (‘alayhi salam)



Aujourd’hui nous allons vous raconter l’histoire du prophète Daoud (‘alayhi Salam) « David ». Il a été envoyé après le prophète Ibrahim (‘alayhi Salam) et avant le prophète Jésus (‘alayhi Salam). Daoud (‘alayhi Salam) était à la fois prophète, juge et roi. Il devait à la fois gouverner les fils d’Israël, les appeler à adorer Allah l’Unique, et rendre justice selon la loi de Dieu.

Le Prophète Dawoud et Jaalout




Le Prophète Dawoud (‘alayhi Salam) faisait partie de l’armée de Taalout. Ce n’était qu’un jeune homme à l’époque, et il n’était pas là pour se battre. Son travail consistait à assister ses trois grands frères soldats et de rapporter les nouvelles de la guerre à son père. Lorsque Taalout vit que Jaalout avait terrifié son armée, il tenta de les encourager en promettant de grandes récompenses s’ils affrontaient Jaalout. Il promit de marier sa fille à celui qui tuera Jaalout.



Attiré par l’agitation sur le champ de bataille, Prophète Dawoud (‘alayhi Salam) quitta son poste pour voir ce qui se passait. il ne s’était jamais battu en duel auparavant mais en voyant la scène, il s’approcha de Taalout et dit: "Je suis prêt à me battre contre ce monstre parce que j’ai déjà tué un tigre et un ours qui se sont attaqués aux moutons de mon père."



La bravoure du Prophète Dawoud (‘alayhi Salam) toucha Taalout qui le vêtit d’une armure et le prévînt d’être prudent. Avant d’approcher Jaalout, Prophète Dawoud (‘alayhi Salam) se débarrassa de son armure qui le gênait dans ses mouvements. Il affronta l’ennemi armé seulement d’une catapulte et des accessoires dont il se servait pour conduire ses moutons.



Avant même que Jaalout puisse réagir face à ce défi, Prophète Dawoud (‘alayhi Salam) lui envoya un caillou de sa catapulte. Le caillou toucha le front de Jaalout avec une telle force que ce dernier s’évanouit. Le prophète Dawoud (‘alayhi Salam) enleva ensuite la lourde épée de Jaalout et lui trancha la tête. La vue de leur héros gisant sur le sol accabla les Philistins qui fuirent le champ de bataille en panique. Appréciant le courage extraordinaire du Prophète Dawoud (‘alayhi Salam), Taalout le maria à sa fille, Mikaal. Allah Taala dit : « Ils les mirent en déroute, par la grâce d'Allah. Et Dawoud tua Goliath; et Allah lui donna la royauté et la sagesse... » (Sourate 2: 251)



Le Prophète Dawoud (‘alayhi Salam) devint chef de l’armée des Taalout et son amitié avec le fils de Taalout, Younathaan, lui donna de la notoriété et du pouvoir. Après la mort de Taalout, le Prophète Dawoud (‘alayhi Salam) devint roi. Allah lui donna la sagesse ainsi que le Livre Divin, Zabour (les Psaumes), qu’il récitait d’une voix mélodieuse afin d’attirer les gens aux paroles d’Allah.



Prophète Dawoud (a) était bien béni par Allah. Lorsqu’ il priait pour Allah, les montagnes comme les oiseaux se joignaient à lui. Le fer était pareil à de la cire qu’il modelait entre ses mains pour créer des armures spéciales, des armures légères faites de cottes de maille (anneaux de fer joints ensemble).



En plus, Allah lui a accordé deux dons. D’abord, il pouvait facilement manier le fer à main nue sans être obligé de le battre. Il en fabriquait des armures pour protéger les combattants lors des batailles. Ensuite, Daoud (‘alayhi Salam) avait une voix mélodieuse qui lui servait à lire le Zabour (le livre qu’Allah a révélé à Daoud). Allah ordonna aux montagnes et aux oiseaux de prier comme lui matin et soir, Allah Taala dit : « Nous avons certes accordé une grâce à David de notre part. Ô montagnes et oiseaux, répétez avec lui (les louanges d’Allah). Et pour lui, nous avons amolli le fer.» (Sourate 27 :16)

Le prophète Daoud : un exemple dans l’adoration d’Allah




Malgré tous ses devoirs, le prophète Daoud (‘alayhi Salam) consacrait beaucoup de son temps à la prière. Il avait une très grande force dans l’adoration de Dieu. Le prophète Mohamed (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) a dit : « La meilleure prière auprès de Dieu est celle de David, le meilleur jeûne auprès de Dieu est celui de David. Il dormait la moitié de la nuit, faisait la prière durant son tiers et se rendormait le sixième restant. Il jeûnait un jour et rompait le jeûne le jour suivant. Il ne fuyait pas devant l’ennemi » (rapporté par al-Bokhari et Muslim).

Le prophète Daoud et l’épreuve




Un jour, alors qu’il était en train de prier, deux hommes escaladèrent le mur de sa maison. Il eut peur mais ils le calmèrent et l’un d’eux parla ainsi: « Celui que voici est mon frère. Il possédait quatre-vingt-dix-neuf (99) brebis et moi je n’en avais qu’une. Il me dit : Donne-la-moi pour compléter mon troupeau. Il me domina dans la discussion. David lui dit : En demandant ta brebis pour l’ajouter à son troupeau, ton frère a commis une injustice » (Sourate 38 :23)



Le Prophète Dawoud (‘alayhi Salam) écouta la plainte et dit aussitôt que celui qui demandait la seule brebis que possédait son frère était injuste. A ce moment-là, Prophète Dawoud (‘alayhi Salam) réalisa qu’Allah l’avait mis à l’épreuve et regretta sa décision hâtive sans avoir pris la peine de demander des preuves au plaignant ni écouter la version de l’autre frère. Il réalisa qu’en tant que juge parmi les gens, il ne devait pas prendre de décisions hâtives et il se tourna vers Allah Lui implorant le pardon pour son erreur. Allah Taala dit : « Nous lui pardonnâmes. Il aura une place proche de Nous et une belle récompense ». (Sourate 38 : 25)



Le Prophète Dawoud (‘alayhi Salam) dirigea son royaume avec sagesse pendant plusieurs années avant d’être succédé par son plus jeune fils, Prophète Soulayman (‘alayhi Salam).



Allah Taala réserve à Daoud (‘alayhi Salam) un rang élevé le Jour du Jugement dernier. Ainsi Allah récompense tous les hommes justes et pieux.



Sources :

Tafssir Ibn katir

petitmusulman.com

Moubio

Masculin
Nombre de messages : 535
Points : 720
Date d'inscription : 03/02/2007

Re: Ayoub

Message par Moubio le Sam 29 Jan - 1:23

PROPHETE YOUNOUS (a.s)

"En vérité, il n'y a de Dieu que Toi! Gloire à Toi! Oui, j'étais au nombre des injustes!"

[Souratoul Ambiya, 21: 87]
Le Prophète Younous (a.s) a été envoyé par Allah chez les gens de Naynava (Babylone) afin de les guider dans le droit chemin. Les peuples de Naynava étaient des idolâtres, et malgré de nombreux efforts déployés par le Prophète Younous (a.s) pour les ramener à la raison, les peuples de Naynava s'obstinaient dans leurs fausses croyances. Ils refusaient de suivre le Prophète Younous (a.s). Ils le traitaient de menteur et lui dirent que leurs arrières grands parents ont toujours adoré les idoles et qu'eux aussi continueraient de le faire.
Le Prophète Younous (a.s) ne ménagea pas ses efforts pour les convaincre à n'adorer qu'Un Dieu Unique. Il leur prévint même que le châtiment d'Allah les anéantirait s'ils persistaient dans la mauvaise voie. Mais les peuples de Naynava s'acharnaient dans leur culte des idoles. Ils dirent au Prophète Younous (a.s):
"O Younous, ne te fatigue pas avec nous. Jamais nous n'accepterons de croire en ton Dieu, ni nous ne craignions aucune punition de la part de Ton Seigneur".
Le Prophète Younous (a.s) fut exaspéré par l'entêtement de ces peuples. Il réclama à Allah un châtiment sur les peuples de Naynava et quitta la ville. Il n'en reste pas moins vrai que le Prophète Younous (a.s) emporté par la colère, commit une erreur en appelant à la malédiction d'Allah et en quittant la ville avant même qu'il n'ait reçu aucun commandement d'Allah d'agir ainsi.
Après son départ, les signes de la malédiction d'Allah apparurent sur Naynava. Un énorme nuage enveloppa toute la région et la terre fut plongée dans une totale obscurité. Les gens prirent conscience de la gravité de leurs fautes et réalisèrent enfin qu'ils allaient être punis pour leurs pêchés. Un sage parmi eux leur conseilla d'implorer au moins une fois le Pardon auprès d'Allah avant qu'ils ne soient totalement anéantis.
Pendant ce temps-là, le Prophète Younous (a.s) atteignit un rivage d'où un boutre s'apprêtait à partir. Il a demandé à voyager avec les autres passagers du bateau et fut accepté à bord par le capitaine. Durant la traversée, le bateau fut soudainement pris dans une violente tempête au point de chavirer. Pour que le bateau garde son équilibre, il s'est avéré urgent d'alléger le poids de l'embarcation et donc de débarquer au moins un passager dans la mer déchaînée. Il fut décidé d'organiser un tirage au sort afin de savoir qui parmi les passagers allait être jeté en mer.

Et le sort indiqua le nom du Prophète Younous (a.s). Il fut jeté par-dessus bord. Puis, Allah envoya un énorme poisson qui d'un trait avala le Prophète Younous (a.s), sans cependant le digérer.
Le Prophète demeura dans l'estomac du poisson durant des jours et des nuits tandis que le poisson continuait sa tranquille traversée. Enveloppé dans l'obscurité totale à l'intérieur de l'estomac du poisson, le Prophète Younous (a.s) implora le Pardon d'Allah (swt) en récitant la dou’a ci-dessous. Sa prière fut acceptée:
"Nous avons exaucé sa prière et nous l'avons préservé de l'affliction: voilà comment nous sauvons les Croyants"

[Souratoul Ambiya, 21: 88]
Aussitôt après que le poisson ait atteint le rivage, il rejeta le Prophète Younous (a.s) sur le sable. Le Prophète souffrait de graves brûlures au corps dues aux sécrétions contenues dans l'estomac du poisson.. Allah (swt) fit alors pousser un arbre dont les feuilles servirent de remède aux brûlures, et dont les fruits permirent au Prophète Younous (a.s) de reconstituer des forces. Peu après, le Prophète Younous (a.s) retrouva la santé et il fut ordonné de retourner à Naynava.

A son retour à Naynava, quelle fut sa surprise de voir les peuples abandonner les idoles et n'adorer qu'Un Dieu Unique: Allah. Ils réservèrent au Prophète Younous (a.s) un accueil chaleureux et le Prophète passa le restant de sa vie à prêcher parmi eux.

Envoyé par Frère Sabir Charifou - Paris -

albouraq

Moubio

Masculin
Nombre de messages : 535
Points : 720
Date d'inscription : 03/02/2007

Re: Ayoub

Message par Moubio le Sam 29 Jan - 1:27

Le Prophète Isma'il (a)




Quand Le Prophète Isma'il (as) est né, son père Le Prophète Ibrahim (a) avait 86 ans. Le nouveau-né était comme la prunelle des yeux de son père et quand Bibi Sarah les voyait, elle était triste de ne pouvoir avoir d'enfant. Après quelque temps, elle ne pouvait supporter de voir Hajra avec son fils, et a demandé au Prophète Ibrahim (a) de les installer ailleurs.



Sur ordre d'Allah, Le Prophète Ibrahim (a) a emmené Hajra et le Prophète Isma'il (a) à Makka. Dans ce dessert, il a laissé sa femme et Le Prophète Isma'il (a) au soin d'Allah et est retourné chez lui en Palestine.



Selon le Saint Coran, il a prié : « Ô notre Seigneur, j'ai établi une partie de ma descendance dans une vallée sans agriculture, près de Ta Maison sacrée (La Ka'ba) , ô notre Seigneur afin qu'ils accomplissent la çalàt. Fais donc que se penchent vers eux les cœurs d'une partie des gens. Et nourris-les des fruits. Peut être seront-ils reconnaissants ? » Soutare Ibrahim (14 :37)



Bien que Hajra fut seule dans le désert, elle avait appris de son mari à faire confiance en Allah et à être patiente. Quand elle a eu faim et soif, et ne pouvait plus nourrir son bébé, elle essaya de trouver de l'eau, cherchant entre les collines de Safà et Marwàh, mais elle ne réussit pas. Finalement elle revint triste vers son bébé. Soudain, elle a vu qu'une fontaine d'eau a jaillit de l'endroit où Le Prophète Isma'il (a) (son bébé) a tapé le sol. Elle en fut très heureuse et a bu à volonté.



Par la suite, l'eau y a attiré les oiseaux. Le peuple de la tribu de Jarham, qui vivait près de là, suivait la trace des oiseaux, à la recherche d'eau. Quand ils ont vu Hajra et Le Prophète Isma'il (a) seuls dans le désert, ils les ont invités à venir vivre avec leur tribu.



Hajra et Le Prophète Isma'il (a) ont commencé à vivre avec la tribu de Jarham. Le Prophète Ibrahim (a) les visitait parfois.



A l'une de ses visites, quand Le Prophète Isma'il (a) avait 13 ans, Le Prophète Ibrahim (a) a rêvé qu'il était en train de sacrifier son fils. C'était le 8 Zilhajj, également connu sous le terme de "Yawm Tarawiyah" (Le jour du 1er rêve). Le Prophète Ibrahim (a) recevait souvent les ordres d'Allah sous forme de rêves, mais comme il s'agissait de tuer son fils, il se demandait si c'était vrai.



Le lendemain, il a vu le même rêve, et est devenu sûr que c'était un véritable ordre. Ainsi, le 9 Zilhajj est connu comme "Yawme Arafàt" (Jour de conviction).



Le Saint Coran dit : "Puis quand il (Isma'il) devint baaligh, il (Ibrahim) dit :" O mon fils, je me vois en songe en train de t'immoler. Vois donc ce que tu en penses. Il (Isma'il) dit : " O mon père, fais ce qui t'est commandé. Tu me trouveras, s'il plait à Allah, du nombre des endurants" Souré Saffat (37:102).



Le Prophète Ibrahim (a) a pris une corde et un couteau et a emmené son fils dans le désert. En chemin, Sheytan s'est apparu en vieillard et a essayé de convaincre Le Prophète Ibrahim (a) qu'il était en train de commettre une grave erreur en voulant tuer son fils. Trois fois Sheytan est intervenu et trois fois Le Prophète Ibrahim (a) l'a chassé en lui lançant sept jets de pierre.



Quand ils sont arrivés à Mina, Le Prophète Ibrahim (a) a allongé son fils par terre et pris le couteau. Le Prophète Isma'il (a), voyant la peine que son père avait à le tuer, dit " O mon père, attache mes mains et pieds pour que je ne me débatte pas. Mets un bandeau sur tes yeux pour que tu ne me vois pas mourir et serre ta cape pour que ma mère ne remarque pas du sang éclaboussé sur ton linge. Aiguise ton couteau pour que tu puisses faire ton devoir rapidement. Ainsi, je ne sentirai pas la douleur.



Le Prophète Ibrahim a fait comme demandé par son fils, et a égorgé son fils. Mais quand il a enlevé son bandeau, il fut surpris de voir son fils debout à côté de lui et qu'il avait à sa place égorgé un mouton



Le Sait Coran dit: " Voilà que Nous l'appelâmes " Ibrahim ! Tu as confirmé la vision, c'est ainsi que Nous récompensons les bienfaisants. C'était là certes, l'épreuve manifeste. Et Nous le rançonnâmes d'un Grand Sacrifice. Et Nous perpétuâmes son renom dans la postérité : Paix sur Ibrahim"" (As Saffat 37:104-109).



Ainsi, Allah a dit au Prophète Ibrahim (a) qu'Il le récompensait de sa foi en sauvant le Prophète Isma'il (a). Au lieu de son fils, la bénédiction du sacrifice dans la voie d'Allah serait donné à une autre personne plus tard.



Cette personne n'était autre qu'Imam Houssen (a) qui s'est sacrifié lui-même, après avoir sacrifié ses proches et ses amis dans la plaine de Karbala pour la sauvegarde de l'Islam.



Après que son fils soit préservé, Le Prophète Ibrahim (a) est parti pour la Palestine pour revoir Sarah. Allah a rendu les actions du Prophète Ibrahim (a) wadjib pour tous les musulmans. Ainsi, quand nous allons pour le Hajj, nous marchons entre Safà et Marwà en souvenir de Hajra. Nous allons aussi à Mina pour offrir en sacrifice un animal et lapider les Sheytans.



Lors d'une de ses visites, Allah a ordonné au Prophète Ibrahim (a) de reconstruire la Kaaba, qui a été détruite.



Le Saint Coran dit:" Et Ibrahim a élevé les fondations de la Maison (la sainte Kaaba) avec Isma'il (a) (priant) "O notre Seigneur, accepte ceci de notre part. Tu es Celui Qui entend tout et Celui Qui sait tout. (Sourate Bakara 2:127)



Ils ont construit tous deux la Kaaba. Le Prophète Isma'il (a) apportait les pierres et le Prophète Ibrahim (a) les mettait en place. L'Ange Gabriel (a) les guidait à chaque étape et les a montré où placer la pierre noire (Hajroul aswad). Elle se trouve toujours à la même place de nos jours. Après que la construction était prête, ils ont accompli le Hajj. Le Prophète Isma'il (a) s'est établit à Makka et y a vécut toute sa vie. Notre Saint Prophète (s) est de sa descendance.





albouraq

Moubio

Masculin
Nombre de messages : 535
Points : 720
Date d'inscription : 03/02/2007

Re: Ayoub

Message par Moubio le Sam 29 Jan - 1:30

Le Prophète Joseph (Youssef) ‘alayhi Salam



Le Coran a consacré toute une sourate à la vie de Joseph (‘alayhi Salam). Allah Taala dit : « Alif, Lam, Ra. Tels sont les versets du Livre explicite. Nous l'avons fait descendre, un Coran en [langue] arabe, afin que vous raisonniez. Nous te racontons le meilleur récit, grâce à la révélation que Nous te faisons dans le Coran même si tu étais auparavant du nombre des inattentifs (à ces récits). » (Sourate 12:1-3)



Jacob (‘alayhi Salam) avait douze garçons, premiers ancêtres des douze tribus des Enfants d’Israël. Selon les savants spécialistes de la Bible, Le Prophète Joseph est né environ 906 ans avant l’ère chrétienne et l’incident avec lequel l’histoire débute eut lieu 890 ans avant l’E.C. Le plus noble, le plus auguste et le plus célèbre d’entre eux était Joseph (Youssef). Certains savants ont soutenu qu’il n’y a avait pas d’autre Prophète parmi eux, à part lui. C’était le seul, disent-ils, qui avait reçu la Révélation. Il est vrai que leur histoire va dans le sens de cette idée.

Le songe de Youssef (‘alayhi Salam)




Les exégètes racontent que Joseph, alors enfant, a fait un rêve dans lequel il voyait onze étoiles et aussi le soleil et la lune. Allah Taala dit : « Quand Joseph dit à son père : "Ô mon père, j'ai vu [en songe], onze étoiles, et aussi le soleil et la lune; je les ai vus prosternés devant moi » (Sourate 12 :4). A son réveil, il raconta son songe à son père.
Celui-ci sut alors que son fils allait avoir une place privilégiée et honorable dans cette vie et dans l’autre, et que lui comme ses autres fils lui serait soumis. Il lui ordonna de ne pas révéler son secret à ses frères de peur de susciter la jalousie dans leurs cœurs et qu’ils ne lui fassent du tort par quelques ruses et complot. Allah Taala dit :
« Ô mon fils, dit-il, ne raconte pas ta vision a tes frères car ils monteraient un complot contre toi; le Diable est certainement pour l'homme un ennemi déclaré » (Sourate 12 :4).

La jalousie des frères de Youssef (‘alayhi Salam)




Les frères de Youssef entaient très jaloux, en raison de l’amour que lui portait son père et à son jeune frère Benjamin, par sa mère, alors qu’eux, sont un groupe bien fort, qui est plus à même d’avoir droit à l’amour de leur père. Ils se consultèrent alors pour trouver le moyen d se débarrasser de Joseph, certains d’entre eux proposèrent de le tuer, d’autres préconisèrent de l’éloigner dans n’importe quel pays dont il ne pourrait pas revenir. Ils pensaient ainsi que l’attention de leur père se tournerait exclusivement vers eux. Ils étaient sur le point de se mettre d’accord sur cette proposition, quand l’un d’eux s’interposa. Allah Taala dit : « quand ceux-ci dirent : "Joseph et son frère sont plus aimés de notre père que nous, alors que nous sommes un groupe bien fort. Notre père est vraiment dans un tort évident. Tuez Joseph ou bien éloignez-le dans n'importe quel pays, afin que le visage de votre père se tourne exclusivement vers nous, et que vous soyez après cela des gens de bien". L'un d'eux dit : "Ne tuez pas Joseph, mais jetez-le si vous êtes disposés à agir, au fond du puits afin que quelque caravane le recueille". (Sourate 12 : 8-10).



Apres avoir mis au point le plan pour se débarrasser de Youssef, ils demandèrent donc à leur père de les laisser emmener avec eux leur frère Joseph et lui firent comprendre qu’ils voulaient l’emmener faire paître le troupeau avec eux, et le faire jouer et s’amuser par la même occasion. Jacob (‘alayhi Salam) leur répondit que cela lui faisait de la peine de se séparer de Joseph, ne serait-ce qu’une heure la journée et il craignait qu’en l’emmenant, le loup ne le dévore, dans un moment d’inattention de leur part. Allah Taala dit : « Ils dirent: "Ô notre père, qu'as-tu à ne pas te fier à nous au sujet de Joseph ? Nous sommes cependant bien intentionnés à son égard. Envoie-le demain avec nous faire une promenade et jouer. Et nous veillerons sur lui". Il dit: "Certes, je m'attristerai que vous l'emmeniez; et je crains que le loup ne le dévore dans un moment où vous ne ferez pas attention a lui". Ils dirent : "Si le loup le dévore alors que nous sommes nombreux, nous seront vraiment les perdants" ». (Sourate 12 : 11-14).

Youssef (‘alayhi Salam) fût jeté dans le puits




Ils insistèrent donc auprès de leur père jusqu'à que ce dernier accepta de les laisser emmener Joseph avec eux. Une fois loin de leur maison ils commencèrent à insulter leur frère et à le mépriser ; ils décidèrent ensuite de le jeter au fond d’un puits. Ils le firent descendre donc et le mirent sur la pierre se trouvant au fond, et qui sert de marche pied à celui qui veut remplir le sceau lorsque le puits ne contient pas beaucoup d’eau. Lorsqu’ils l’y jetèrent, Dieu lui révéla qu’il serait sauvé et soulagé de cette situation et qu’il informerait le temps venu ses frères de ce qu’ils lui ont fait ; le jour ou il sera dans une situation glorieuse, et eux faibles et sollicitant son aide sans savoir qui il est.



Allah Taala dit : « Et lorsqu'ils l'eurent emmené, et se furent mis d'accord pour le jeter dans les profondeurs invisibles du puits, Nous lui révélâmes : "Tu les informeras sûrement de cette affaire sans qu'il s'en rendre compte". Et ils vinrent à leur père, le soir, en pleurant. Ils dirent : "Ô notre père, nous sommes allés faire une course, et nous avons laissé Joseph auprès de nos effets; et le loup l'a dévoré. Tu ne nous croiras pas, même si nous disons la vérité". Ils apportèrent sa tunique tachée d'un faux sang. Il dit : "Vos âmes, plutôt, vous ont suggéré quelque chose... [Il ne me reste plus donc] qu'une belle patience ! C'est Dieu qu'il faut appeler au secours contre ce que vous racontez !" ». (Sourate 12 : 15-18).



On rapporte en effet qu’ils égorgèrent une bête et tachèrent la tunique de leur frère avec son sang afin de faire croire à leur père qu’il a bel et bien été dévoré par le loup. On rapporte aussi qu’ils avaient oublié de déchirer la tunique. Or, le menteur se trahit par l’oubli. Jacob (alayhi Salam) n’a pas cru leur histoire car il connaissait l’inimitié et la jalousie qu’ils nourrissaient à l’égard de Joseph. Ils n’arrivaient pas à admettre que leur père l’aime plus qu’eux, mas ils ignoraient que son amour provenait de ce qu’il percevait en lui comme marques de révérence et de respect dues à son investiture future de la Prophétie. C’est pour cela qu’il leur dit : « Vos âmes, plutôt, vous ont suggéré quelque chose... [Il ne me reste plus donc] qu'une belle patience ! C'est Allah qu'il faut appeler au secours contre ce que vous racontez ! » (Sourate 12:18).

Youssef (‘alayhi Salam) fût esclave




Youssef (‘alayhi Salam) avait 17 ans lorsqu’il fit le Rêve et fût jeté dans le puits. Ce puits était près de Dothan, dans le nord de Schechem selon les traditions bibliques et talmudiques et la caravane, qui le sortit du puits, venait de Gilead (Trans-Jordanie) et était en route pour l’Egypte. Allah Talla dit : « Or, vint une caravane. Ils envoyèrent leur chercheur d'eau, qui fit descendre son eau. Il dit : “Bonne nouvelle ! Voilà un garçon ! ” Et ils le dissimulèrent [pour le vendre] telle une marchandise. Allah cependant savait fort bien ce qu'ils faisaient. Et ils le vendirent à vil prix : pour quelques dirhams comptés. Ils le considéraient comme indésirable. » (Sourate 12:19-20).

Youssef (‘alayhi Salam) et Al-Aziz d’Egypte




Allah Talla dit : « Et celui qui l'acheta était de l'Égypte, Il dit à sa femme : “Accorde lui une généreuse hospitalité. Il se peut qu'il nous soit utile ou que nous l'adoptions comme notre enfant.” Ainsi avons-nous raffermi Joseph dans le pays et nous lui avons appris l'interprétation des rêves. Et Allah est souverain en Son Commandement : mais la plupart des gens ne savent pas. Et quand il eut atteint sa maturité Nous lui accordâmes sagesse et savoir. C'est ainsi que nous récompensons les bienfaisants. » (Sourate 12:21-22).



On rapporte qu’al-Aziz, le grand intendant d’Egypte, l’acheta pour vingt dinars ou, selon une autre opinion, contre son poids en musc, soie et or. Mais Dieu est le plus Savant. Quand à cette parole : « Ainsi avons-Nous raffermi Joseph dans le pays », elle signifie que Dieu a destiné al-Aziz et son épouse à prendre soin de Joseph et à être bon avec lui, et qu’Il a aussi raffermi Joseph et à être bons avec lui, et qu’Il a aussi raffermi Joseph dans le pays d’Egypte. «Et Nous lui avons appris l’interprétation des rêves», c'est-à-dire à les comprendre et interpréter leurs signes. «Et Dieu est souverain en Son commandement» : lorsqu’Il veut une chose, Il prépare des causes et des éléments que les gens ne peuvent saisir. C’est pour cela qu’Il dit : « Mais la plupart des gens ne savent pas. Et quand il eut atteint sa maturité Nous lui accordâmes sagesse et savoir. C’est ainsi que Nous récompensons les gens de bien» Tous cela montre que ces faits se sont déroulés avant qu’il n’eût atteint sa maturité, c'est-à-dire ses quarante ans, âge ou Dieu fait généralement descendre la Révélation aux Prophètes.

Zulikha essaya de séduire Youssef (‘alayhi Salam)




Zulikha la femme d’al-Aziz a essayé de séduire Joseph en lui faisant des avances, ce qui ne sied pas à l’état et la position de Joseph. Cette femme était très belle, jeune et très riche et elle occupait un rang social très élevé puisqu’elle était l’épouse du grand intendant. Elle désira Joseph et prépara un stratagème pour le séduire. Allah Taala dit : « Or celle (Zulikha) qui l'avait reçu dans sa maison essaya de le séduire. Et elle ferma bien les portes et dit : “Viens, [je suis prête pour toi !]” - Il dit : “Qu'Allah me protège ! C'est mon maître qui m'a accordé un bon asile. Vraiment les injustes ne réussissent pas”. Et, elle le désira. Et il l’aura désirée n'eût été ce qu'il vit comme preuve évidente de son Seigneur. Ainsi [Nous avons agi] pour écarter de lui le mal et la turpitude. Il était certes un de Nos serviteurs élus. Et tous deux coururent vers la porte, et elle lui déchira sa tunique par derrière. Ils trouvèrent le mari [de cette femme] à la porte. Elle dit : “Quelle serait la punition de quiconque a voulu faire du mal à ta famille sinon la prison, ou un châtiment douloureux ? ”. [Joseph] dit : “C'est elle qui a voulu me séduire”. Et un témoin, de la famille de celle-ci témoigna : “Si sa tunique [à lui] est déchirée par devant, alors c'est elle qui dit la vérité, tandis qu'il est du nombre des menteurs. Mais si sa tunique est déchirée par derrière, alors c'est elle qui mentit, tandis qu'il est du nombre des véridiques”. Puis, quand il (le mari) vit la tunique déchirée par derrière, il dit : “C'est bien de votre ruse de femmes ! Vos ruses sont vraiment énormes ! Joseph, ne pense plus à cela ! Et toi, (femme), implore le pardon pour ton péché car tu es fautive. » (Sourate 12 :23-29)

Youssef (‘alayhi Salam) à la prison




Cependant, Al Aziz a voulu passer outre ce fait en disant : « Joseph, ne pense plus à cela» C'est-à-dire, ne le révèle à personne, car garder secret ce genre de chose est préférable et plus convenable. Il ordonna ensuite à sa femme de demander pardon à Dieu du péché qu’elle a commis et de se repentir à Lui. Allah Taala dit : Il dit : "Ô mon Seigneur, la prison m'est préférable à ce à quoi elles m'invitent. Et si Tu n'écartes pas de moi leur ruse, je pencherai vers elles et serai du nombre des ignorants" [des pêcheurs]. Son Seigneur l'exauça donc, et éloigna de lui leur ruse. C'est Lui, vraiment, qui est l'Audient et l'Omniscient. Puis, après qu'ils eurent vu les preuves (de son innocence), il leur sembla qu'ils devaient l'emprisonner pour un temps. (Sourate 12 :33-35)

Youssef (‘alayhi Salam) interpréta le rêve de pharaon






Allah Taala dit : Deux valets entrèrent avec lui en prison. L'un d'eux dit : "Je me voyais [en rêve] pressant du raisin..." Et l'autre dit : "Et moi, je me voyais portant sur ma tête du pain dont les oiseaux mangeaient. Apprends-nous l'interprétation (de nos rêves), nous te voyons au nombre des bienfaisants". La nourriture qui vous est attribuée ne vous parviendra point, dit-il, que je ne vous aie avisés de son interprétation [de votre nourriture] avant qu'elle ne vous arrive. Cela fait partie de ce que mon Seigneur m'a enseigné. Certes, j'ai abandonné la religion d'un peuple qui ne croit pas en Dieu et qui nie la vie future". (Sourate 12 :33-37).



Le Pharaon eut un songe, il se tenait près du fleuve, et voit sept vaches belles et grasses et sept autres vaches laides à voir maigres. Les vaches laides et maigres mangèrent les sept vaches belles et grasses. Le matin le Pharaon s'éveilla l'esprit agité, et il fit appeler tous les magiciens et tous les sages de l'Égypte. Il leur raconta ses songes. Mais personne ne put les expliquer à Pharaon. Alors que ce lui qui était détenu avec Youssef se rappel de son don pour interpréter les rêves. Convoqué par le Pharaon, Youssef (‘alayhi Salam) interpréta son rêve. Allah Taala dit : "Et le roi dit : "Et vérité, je voyais (en rêve) sept vaches grasses mangées par sept maigres; et sept épis verts, et autant d'autres, secs. Ô conseil de notables, donnez-moi une explication de ma vision, si vous savez interpréter le rêve". Ils dirent : "C'est un amas de rêves ! Et nous ne savons pas interpréter les rêves !" Or, celui des deux qui avait été délivré et qui, après quelque temps se rappela, dit : "Je vous en donnerai l'interprétation. Envoyez-moi donc". "Ô toi, Joseph, le véridiques ! Eclaire-nous au sujet de sept vaches grasses que mangent sept très maigres, et sept épis verts et autant d'autres, secs, afin que je retourne aux gens et qu'ils sachent [l'interprétation exacte du rêve]". Alors [Joseph dit]: "Vous sèmerez pendant sept années consécutives. Tout ce que vous aurez moissonné, laissez-le en épi, sauf le peu que vous consommerez. Viendront ensuite sept année de disette qui consommeront tout ce que vous aurez amassé pour elles sauf le peu que vous aurez réservé [comme semence]. Puis, viendra après cela une année où les gens seront secourus [par la pluie] et iront au pressoir." (Sourate 12 :43-49).


Youssef responsable des dépôts du territoire



Allah Taala dit : « Et le roi dit : "Amenez-le moi : je me le réserve pour moi- même". Et lorsqu'il lui eut parlé, il dit : "Tu es dès aujourd'hui prés de nous, en une position d'autorité et de confiance".Et [Joseph] dit : "Assigne-moi les dépôts du territoire : je suis bon gardien et connaisseurs". Ainsi avons-nous affermi (l'autorité de) Joseph dans ce territoire et il s'y installait là où il le voulait. Nous touchons de Notre miséricorde qui Nous voulons et ne faisons pas perdre aux hommes de bien le mérite [de leurs œuvres]. Et la récompense de l'au-delà est meilleure pour ceux qui ont cru et ont pratiqué le piété. (Sourate 12 :54-57).




Après sept années pendant lesquelles Joseph organise la constitution de stocks, la famine s'abat sur toute la région et amène les populations à venir en Égypte pour s'approvisionner. Jacob envoie ainsi tous ses fils (sauf Benjamin) pour acheter du grain. Joseph les reconnait mais ses frères ne le reconnaissent pas Allah Taala dit : « Et les frères de Joseph vinrent et entrèrent auprès de lui. Il les reconnut, mais eux ne le reconnurent pas. Et quand il leur eut fourni leur provision, il dit : "Amenez-moi un frère que vous avez de votre père. Ne voyez-vous pas que je donne la pleine mesure et que je suis le meilleur des hôtes ? Et si vous ne me l'amenez pas, alors il n'y aura plus de provision pour vous, chez moi; et vous ne m'approcherez plus". Ils dirent : "Nous essayerons de persuader son père. Certes, nous le ferons". (Sourate 12 :58-61).



Lorsqu'ils reviennent en Égypte, Joseph est ému de revoir son petit frère. Il les fait repartir ensemble mais fait placer une coupe dans le sac de Benjamin pour les accuser de vol. Juda se dévoue pour que Benjamin puisse rentrer auprès de leur père. Allah Taala dit: "Puis, quand il leur eut fourni leurs provisions, il mit la coupe dans le sac de son frère. Ensuite un crieur annonça : "Caravaniers ! Vous êtes des voleurs". (Sourate 12 :70).



Allah Taala dit : [Joseph] commença par les sacs des autres avant celui de son frère; puis il la fit sortir du sac de son frère. Ainsi suggérâmes-Nous cet artifice à Joseph. Car il ne pouvait pas se saisir de son frère, selon la justice du roi, à moins que Dieu ne l'eût voulu. Nous élevons en rang qui Nous voulons. Et au-dessus de tout homme détenant la science il y a un savant [plus docte que lui]. ". (Sourate 12 :76).



Allah Taala dit : « Ils dirent : "Ô Al Aziz, il a un père très vieux; saisis-toi donc de l'un de nous, à sa place. Nous voyons que tu es vraiment du nombre des gens bienfaisants". Il dit : "Qu'Dieu nous garde de prendre un autre que celui chez qui nous avons trouvé notre bien ! Nous serions alors vraiment injustes. (Sourate 12 :78-79). Voyant que ses frères ont retenu la leçon, Joseph révèle son identité à ses frères, puis il les pardonne et invite son père et toute la famille à venir s'installer en Égypte. Allah Taala dit : « Emportez ma tunique que voici, et appliquez-la sur le visage de mon père : il recouvrera [aussitôt] la vue. Et amenez-moi toute votre famille. Et dès que la caravane franchit la frontière [de Canaan], leur père dit : "Je décèle, certes, l'odeur de Joseph, même si vous dites que je radote". Ils lui dirent : "Par Dieu te voilà bien dans ton ancien égarement". Puis quand arriva le porteur de bonne annonce, il l'appliqua [la tunique] sur le visage de Jacob. Celui-ci recouvra [aussitôt] la vue, et dit : "Ne vous ai-je pas dit que je sais, par Dieu, ce que vous ne savez pas ?" Ils dirent : "Ô notre père, implore pour nous la rémission de nos péchés. Nous étions vraiment fautifs". Il dit : "J'implorerai pour vous le pardon de mon Seigneur. Car c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux". Lorsqu'ils s'introduisirent auprès de Joseph, celui-ci accueillit ses père et mère, et leur dit : "Entrez en Egypte, en toute sécurité, si Dieu le veut !" Et il éleva ses parents sur le trône, et tous tombèrent devant lui, prosternés Et il dit : "Ô mon père, voilà l'interprétation de mon rêve de jadis. Dieu l'a bel et bien réalisé... Et Il m'a certainement fait du bien quand Il m'a fait sortir de prison et qu'Il vous a fait venir de la compagne, [du désert], après que le Diable ait suscité la discorde entre mes frères et moi. Mon Seigneur est plein de douceur pour ce qu'Il veut. Et c'est Lui L'Omniscient, le Sage. (Sourate 12 :93-100).





imaniatte

Contenu sponsorisé

Re: Ayoub

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 7:14